Formé au club, mais pas figurant

Malgré le pointage final, Karl Ouimette s’est fort bien tiré d’affaire.

Samedi, 21 h 55. Le paysage texan est orange, mais c’est l’équipe en bleu qui, peut-être sans même le savoir, pose un geste historique. Marco Di Vaio, aussi bien servi pendant 61 minutes qu’un passager d’Air Canada qui a un petit creux, cède sa place à Patrice Bernier. Avec André Hainault du Dynamo et Karl W. Ouimette, remplaçant de Zarek Valentin après 26 minutes, voilà un troisième Québécois sur le terrain.

Une première en Major League Soccer, rien de moins.

Si l’exclusion de Bernier du onze de départ a monopolisé les débats, l’entrée en scène du jeune Ouimette, qui a eu 20 ans il y a un mois, prendra, avec le temps, l’importance qu’elle mérite. À l’annonce de son arrivée officielle avec l’équipe première de l’Impact de Montréal, le 5 juin dernier, la question « Quand feras-tu tes débuts avec l’équipe? » a été posée plus d’une fois. La réponse définitive, offerte samedi, c’est : « Beaucoup plus tôt que prévu. »

Bien malin celui qui aurait pu prédire au début de cette saison, lorsque Ouimette a rejoint l’équipe A sans en faire formellement partie, qu’il obtiendrait ses premières minutes en juillet au cours du déplacement le plus difficile de l’Impact en 2012 – un détail à ne pas oublier dans l’analyse de cette cuisante défaite. Si Ouimette foule le gazon en MLS, se disait-on, ce serait probablement dans les derniers matchs, moins importants une fois l’exclusion des séries confirmée. Et c’était un gros si.

Mais le fait est que, loin de le rendre complaisant, le contrat professionnel du numéro 34 l’a fait redoubler d’efforts afin de réécrire ce passage du récit. Les coûteuses blessures aux défenseurs centraux Nelson Rivas et Matteo Ferrari ont accru les responsabilités de Ouimette tant lors des jours de match – une place dans les 18 lui revient depuis un moment – qu’à l’entraînement – il peut jouer à sa position naturelle, au centre, comme réserviste dans les exercices à 11 contre 11. Ces jours-ci, son partenaire est une jeune recrue du nom d’Alessandro Nesta.

Or, ce n’est pas au centre qu’il a vécu son baptême en première division nord-américaine, mais bien sur le côté droit. Le rôle de défenseur latéral n’est pas étranger à Ouimette, qui y a notamment évolué au cours de la Disney Pro Soccer Classic, tournoi de présaison (à gauche et non à droite, cela dit). Il est vrai qu’un un tel pointage final témoigne souvent d’une performance à oublier pour tous les membres de l’équipe, mais Ouimette s’est fort bien tiré d’affaire.

La recrue a, pour employer un vieux cliché plus ou moins grammaticalement correct, gardé son jeu simple. Des passes courtes pour sortir le ballon des zones de prédilection de Corey Ashe, le dangereux défenseur gauche de Houston. Quelques bonnes récupérations en périphérie de la surface. Sa distribution de balle, presque irréprochable (quatre passes ratées en 64 minutes de jeu, dont deux tentatives de centres). Et s’il a eu l’air un peu fou sur le jeu où Shavar Thomas a dû effectuer son désormais célèbre tacle de la dernière chance sur Macoumba Kandji, c’est que ce dernier lui a frappé la jambe, qui a ricoché sur l’autre jambe, ce qui l’a fait tomber, m’a-t-il expliqué après le match, frustré de la non-intervention de l’officiel.

Même s’il est difficile d’être complètement enjoué lorsqu’on fait ses débuts dans de telles circonstances, Ouimette saura bientôt voir le bon côté des choses. Et le club aussi. Après tout, le seul fait d’offrir des minutes à un joueur formé au club (homegrown player dans le jargon MLS) constitue une victoire pour l’Impact.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, pas moins de 56 % des joueurs formés par les clubs n’avaient aucune minute au compteur cette saison en date du 25 juin dernier. Et parmi les 56 joueurs formés par les clubs depuis 2008, il n’y a que 4 arrières centraux. Un défenseur axial de 20 ans qui connaît un bon premier match en MLS dans un rôle qui n’est naturellement pas le sien, voilà de quoi encourager l’Impact.

Et d’autres jeunes pousses vont frapper aux portes un jour ou l’autre. Donovan Ricketts et Greg Sutton ont tous deux 35 ans et laisseront inévitablement leur place à Evan Bush un de ces quatre, ce qui libérera un poste de gardien réserviste qu’un Maxime Crépeau convoitera peut-être. Les Maxim Tissot et Alessandro Riggi continueront à parfaire leur technique et participeront à des camps de présaison où ils tenteront de forcer la main des entraîneurs, obligés de remplacer les Sebrango, Corradi, Di Vaio, Nesta qui auront entamé leur deuxième carrière après avoir légué aux Académiciens quelques perles de sagesse.

Alors viendra peut-être le jour où trois Québécois sur le terrain en même temps, ce ne sera qu’un fait divers. Et Ouimette, en précurseur, fera partie de ceux qui montrent l’exemple.

En vrac

– Antoine Hoppenot a encore failli faire des siennes. Le Français croyait bien avoir marqué un but porteur d’espoir pour Philadelphie au Red Bull Arena, mais un hors-jeu – inexistant – l’en aura empêché. L’entrée en jeu de Hoppenot a revitalisé un Union amorphe contre New York, mais les deux buts de Kenny Cooper, ses premiers depuis le 23 mai, auront été suffisants.

– Dallas en a planté cinq. Surprenant. Sans Brek Shea, brouillé avec Schellas Hyndman. Encore plus surprenant. C’était contre les Timbers. Pas si surprenant que ça, finalement.

– Le 19 mai, Chivas USA a gagné son premier SuperClasico contre Los Angeles depuis 2007. Samedi soir, un Galaxy des grands soirs a repris ses bonnes habitudes en gagnant un 17e derby de la Cité des Anges en 27 occasions. Landon Donovan a marqué deux buts pour atteindre la marque de 200 chez les pros, et Beckham a livré deux passes décisives, ce qui lui en donne neuf cette saison. Quel joueur fini.

Résultats

New York 2-0 Philadelphie; Columbus 1-0 D.C. United; Houston 3-0 Montréal; Kansas City 0-0 Nouvelle-Angleterre; Dallas 5-0 Portland; Los Angeles 3-1 Chivas USA; Salt Lake 2-0 Colorado; Vancouver 2-1 San Jose.

Avec mots-clefs , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.